Spondylarthrite ankylosante : un diagnostic délicatastuces pour diagnostiquer SA spondylarthrite ankylosante

Spondylarthrite ankylosante : un diagnostic délicat

La spondylarthrite ankylosante touche entre 0,3 à 0,4 % de la population globale de la France, alors au Canada, le nombre de personnes atteintes de spondylarthrite ankylosante se situe entre 150 000 et 300 000.

Attention, cette maladie est trois fois plus fréquente chez les hommes que chez les femmes, mais la spondylarthrite ankylosante peut être aussi grave chez les deux sexes. Elle touche des personnes de tous âges, mais elle survient ordinairement entre 15 et 30 ans.

Qu’est-ce que la spondylarthrite ankylosante ?

L’arthrite veut dire inflammation de l’articulation, alors qu’une inflammation est un terme médical qui désigne un état caractérisé par la douleur + la raideur + la rougeur et l’enflure.

Il existe plusieurs formes d’arthrite, dont certaines se caractérisent surtout par une inflammation articulaire, d’autres par une dégradation progressive des os et même des articulations.

La principale zone atteinte est la colonne vertébrale (surtout le rachis et les sacro-iliaques). Elle est plus touchée parce que, elle est riche en os, vertèbres et ses tendons : C’est pour cela on parle de rhumatisme axial.

Attention, parfois les membres périphériques peuvent être atteints dans certaines formes de spondylarthrites.

Le plus souvent : 7 ans en moyenne avant le diagnostic

La spondylarthrite ankylosante est plus difficilement diagnostiquée que la polyarthrite rhumatoïde car la spondylarthrite ankylosante n’a pas de marqueurs biologiques précoces détectables lors par exemple d’une prise sanguine au laboratoire de biologie. C’est pour cela il faut en moyenne sept ans entre les premières manifestations douloureuses et l’établissement d’un diagnostic de spondylarthrite ankylosante par un spécialiste en rhumatologie.

Quels sont les signes qui peuvent annoncer une spondylarthrite ankylosante ?

Il existe divers signes peuvent annoncer la spondylarthrite ankylosante, par-exemple on peut trouver :

  • Une apparition d’une douleur ou d’une raideur nouvelle au dos chez une jeune personne de 15 à 30 ans.
  • Une douleur et/ou une raideur au dos, qui sont pires le matin, qui durent souvent plus de 30 à 60 minutes avant qu’on s’assouplisse et qu’on commence à se sentir mieux.

Attention, parfois la douleur et/ou la raideur peuvent persister la majeure partie de la journée et peuvent même gêner notre sommeil la nuit.

  • De la douleur et une sensibilité à d’autres parties du corps, dont l’arrière des talons (tendons d’Achille), la plante des pieds, l’extérieur des hanches et le sternum.
  • L’enflure occasionnelle et sans raison apparente d’une ou de plusieurs articulations (le genou et la cheville, par exemple).
  • Une inflammation récurrente des yeux causant douleur, rougeur, vision trouble et sensibilité à la lumière vive et nécessitant l’utilisation de gouttes ophtalmiques à base de corticoïdes.
  • Des antécédents familiaux de spondylarthrite ankylosante.

Mais comment on peut établir le diagnostic de la spondylarthrite ankylosante ?

Il n’existe pas de test précis permettant d’établir un diagnostic de spondylarthrite ankylosante. Et on rencontre, certaines personnes vivent de nombreuses années avec une spondylarthrite ankylosante bénigne sans se savoir atteintes de cette maladie.

Cependant, si vous présentez un ou plusieurs des symptômes mentionnés précédemment, votre médecin spécialiste peut soupçonner une spondylarthrite ankylosante.

La meilleure façon pour votre médecin d’établir un diagnostic de spondylarthrite ankylosante est de vous interroger, de noter vos symptômes et de vous soumettre à un examen physique complet. Votre médecin peut ensuite vous faire subir des analyses de sang, pour vérifier si vous présentez des signes d’inflammation. Ces analyses sont : l’analyse de la vitesse de sédimentation érythrocytaire et le dosage de la protéine C-réactive.

Enfin, vous subirez peut-être des radiographies, lesquelles permettront de déceler tout changement survenu dans les articulations situées au bas de la colonne vertébrale (articulations sacro-iliaques).

Toutefois, comme ce type de changement se produit lentement, vous pouvez n’en présenter aucun signe aux premiers stades de la maladie. Votre médecin peut demander parfois également d’autres types d’imageries médicales, comme un tomo-densitogramme ou une imagerie par résonance magnétique (IRM). Ces méthodes d’imagerie sont utilisées lorsque les radiographies n’indiquent aucun changement, mais que le médecin soupçonne fortement une spondylarthrite ankylosante en raison des symptômes et des signes observés à l’examen physique.

12 Responses to Spondylarthrite ankylosante : un diagnostic délicat

  1. Rajhi

    Bonjour,
    Afin de détecter la présence de la spondylartrite ankylosante, on peut aussi demander de faire une prise de sang afin de voir si le gène HLA B27 est présent ce qui confirmera la présence de la maladie.

    • admin-sopon-anky79

      oui, bien sur, il s’agit seulement d’un facteur prédisposant : Le gène HLA-B27 est présent chez 6 % de la population et chez 93 % des personnes atteintes de spondylarthrite ankylosante.
      Merci Rajhi 🙂

  2. lila

    Merci, le diagnostic de la spondylarthrite ankylosante a posé beaucoup de problemes chez moi .. trois consultations des médecins specialistes en rhumatologie et en neurochirurgie .. pour que enfin je peux savoir l’origine de mes douleurs fessier … j’espere que vous publier pour nous des articles sur la possibilité d’utiliser de la medecine douce tel que la phytotherapie, l’homeopathie, l’aromatherapie et meme quelques exemples des alimenents et de regime alimentaire pour améliorer notre qualité de vie .. merci

  3. claire

    Il y a t il une demarche precise pour diagnostiquer une spondylarthrite ankylosante? Je pense que il y a autres variantes de cette maladie et parfois on trouve des symptomes semblables ..

  4. mina

    Se sont surtout les douleurs qui persistent longue temps et qui a dégradées ma qualité de vie cette maladie de spondylarthrite ankylosante est discrète et semble juste à une lombalgie ordinaire .. mais elle persiste malheusèment

  5. lary

    Est ce que on peut diagnostiquer la spondylarthrite ankylosante à 100% ?

    • admin-sopon-anky79

      non, a 100% et dés le départ : non .. mais on doit explorer plusieurs voies avant de confirmer que la maladie est une spondylarthrite spondylosante

  6. lionna

    Je pense que le diagnostic de la spondylarthrite ankylosante doit prendre en considération l’état psychologique des sujets … souvent on constate des dépression, état de stress chronique …..

  7. lovely

    le diagnostic de la spondylarthrite ankylosante n’est pas facile … surtout quand on est encore jeune … on n’accepte pas 🙁

  8. lamberty

    quel chemin de douleurs et d’incompréhension avant de savoir que j’avais une spa. Depuis 1989 douleurs au dos et aux fesses puis 1996 douleurs de plus en plus fortes et raideurs. Mon médecin traitant après prise de sang et examens, radios m’annonce que j’ai sûrement une spa mais le rhumato ne confirme pas donc prises de médocs pendant des années jusqu’en 2010 où complètement coincée, le rhumato a enfin confirmé une spa sévère et m’a prescrit un traitement puis un autre et depuis 2011, ça allait très bien mais ces derniers temps, c’est pas la joie.. j’ai l’impression d’être revenue à la case départ avec toutes ces douleurs… j’en ai marre…

  9. sosi

    Bsr…. qui dont les formes graves de la spondylarthrite ankylosante? La presence de hla b-27 est important? C est un signe negative et gravité de la spondylarthrite?

  10. Tutoo

    Très bonne idée ,merci pour tes conseils et ta bonne humeur …a bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *