Balnéothérapie et la spondylarthrite ankylosante aquathérapie et la spondylarthrite ankylosante

La relation de l’eau chaude et de la spondylarthrite ankylosante

Voici quelques liens intéressants entre l’eau et la spondylarthrite ankylosante (soit SPA) :

La balnéothérapie :

Il s’agit d’un soin thérapeutique utilisant de l’eau de source. Ce traitement consiste à immerger la totalité du corps ou seulement une partie. L’eau utilisée provient directement d’une source naturelle. Suivant l’origine de la source, il faudra réchauffer ou refroidir l’eau. Les oligo-éléments et les minéraux sont en concentration inégale dans les différentes sources. Le patient sera orienté vers une source suivant sa pathologie.

La relation balnéothérapie et spondylarthrite ankylosante :

Une étude a été faite par M.Yurtkurman et al. traitant des effets bénéfiques de la balnéothérapie sur la spondylarthrite ankylosante. Trois groupes distincts étaient testés. Le groupe G1, n’a reçu que des bains thermiques pendant 3 semaines (5*semaines 20min). Le groupe G2, a reçu le même traitement que G1 plus la prise d’anti-inflammatoire pendant 3 semaines. Le groupe G3, a reçu seulement les mêmes anti-inflammatoires que G2 pendant 3 semaines.

Après les 3 semaines de suivi, les patients sont retournés à leurs occupations quotidiennes sans traitements pendant les 6 mois qui ont suivi. Ces groupes devaient également faire 20 min d’exercice de posture et respiratoire par jour. À compter de la première semaine de leur étude et jusqu’à la fin, soit 6 mois plus tard.

Les patients ont été évalués: aux départs, après 3 semaines et après 6 mois sur:

  • leurs douleurs matinale et nocturne
  • la durée de la raideur matinale
  • distance entre l’occiput et le mur
  • l’ampliation thoracique
  • distance doigt sol

Lorsque l’on compare les résultats après 6 mois entre les 2 groupes qui ont suivi la balnéothérapie avec le groupe 3, on remarque une amélioration significative des caractéristiques mentionnées plus haut. La comparaison entre le groupe 1 et le groupe 2 ne donne que deux améliorations significatives : durée de la raideur matinale moins importante pour le groupe 1, et ampliation thoracique plus grande dans le groupe 2.

Avec cette étude, on remarque que les bains thermales permettent aux gens atteints de SPA d’améliorer leurs symptômes. Les résultats n’étant pas significatifs entre le bains et les médicaments, qu’il est donc préférable de prendre 3 semaines de balnéothérapie au 6 mois au lieu d’anti-inflammatoire non spécifique…

Les hypothèses sur les biens faits de la balnéothérapie sont nombreuses. En plus de l’impact des oligo-éléments et de minéraux, la chaleur de l’eau a des effets positifs sur la douleur. L’eau chaude augmente la vasodilatation des vaisseaux sanguins et donc une augmentation de l’oxygène aux zones douloureuses. De plus, la chaleur permet de diminuer l’ankylosité des fibres de collagènes (ankylosité provoquée par le manque de mobilité des personnes atteintes).

L’aqua thérapie :

Cette thérapie consiste à faire des exercices dans l’eau. L’eau est un moyen intéressant pour faire travailler une clientèle à mobilité réduite. La gravité est ignorée dans l’eau, ce qui allège les articulations en mouvement. L’entrainement dans l’eau permet d’aller chercher une augmentation des mouvements du corps.

La relation aqua thérapie et la spondylarthrite ankylosante :

Malheureusement nous n’avons pas trouvé d’études qui traitent directement de l’aqua thérapie et de la spondylarthrite ankylosante. Par contre une étude ayant été faite sur une clientèle atteinte de trouble rhumatique et d’entrainement dans l’eau nous particulièrement intéressée.

Les personnes ont suivi un entrainement de 45 min, 2 fois par semaine, pendant 8 semaines. Tous les patients ont exécuté deux évaluations différentes, un test pour connaitre leurs degrés de fonctionnalité dans la vie de tous les jours (degrés d’assistance, de douleur, de difficulté) et un test était fait sur l’amplitude des articulations principales (genoux, chevilles, hanches, poignet, mains, coude, épaules, tronc).

Après l’entrainement dans une eau à 91.3°F (32.78°C), une augmentation significative de l’amplitude articulaire au niveau de la cheville, de l’abduction de la hanche, de l’extension du coude et de la flexion de l’épaule ont été observé. De plus les patients ont noté une amélioration de la douleur et de leur mobilité.

Il est intéressant de voir que l’exercice physique dans l’eau a permis aux patients testés d’avoir une amélioration de leur amplitude articulaire. Au niveau des patients atteints de spondylarthrite ankylosante, nous avons vu la semaine dernière que la douleur commence à s’installer dans la région sacro-iliaque. Le tronc, qui a été testé lors de cette étude ne montre pas d’amélioration significative après l’entrainement.

Il nous est difficile d’assurer que l’exercice dans l’eau a un effet sur les personnes atteintes de spondylarthrite ankylosante. Les douleurs des troubles rhumatiques sont causées principalement par une inflammation comme lors de la spondylarthrite. Comme pour cette étude, serait il possible de diminuer la douleur des personnes atteintes de spondylarthrite ankylosante par l’aqua thérapie ?

2 Responses to La relation de l’eau chaude et de la spondylarthrite ankylosante

  1. maria

    Le traitement de la spondylarthrite ankylosante par la chaleur a vraiment un effet soulageant des douleurs pour mon cas precisement et cela pour une periode +/- longue selon la gravite de la maladie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *