Interventions pour le traitement de l’arthrite

Si votre douleur est tenace, particulièrement au niveau du genou, l’injection de stéroïdes pourrait vous soulager. On ne peut en recevoir plus d’une aux trois mois, mais vous bénéficierez ainsi d’une période sans douleur d’environ trois semaines.

L’injection d’un dérivé synthétique de l’acide hyaluronique pourrait vous soulager plus longtemps. Ce lubrifiant gluant est un composant du liquide synovial dont le rôle est de diminuer la pression dans les articulations et de les rembourrer.
Les personnes souffrant d’arthrose en ont bien souvent des quantités dérisoires, si bien que les injections contribuent à en refaire les réserves. Après avoir reçu trois à cinq injections, vous pourriez passer plusieurs mois sans souffrir.

Si, malgré tout, vous souffrez toujours et avez du mal à vous déplacer, l’arthroscopie pourrait être envisagée. Pour cette intervention, le chirurgien pratique deux ou trois incisions près de l’articulation puis récupère les morceaux d’os ou de cartilage endommagés.

 

le traitement de l’arthrite

 

Cependant, l’arthroscopie n’a présentement pas très bonne presse. Lors d’une étude menée en 2002 et dont les résultats ont été rapportés dans tous les médias, les patients qui avaient subi une fausse intervention (groupe témoin) disaient avoir moins mal au genou deux ans plus tard que ceux qui avaient subi la coûteuse arthroscopie.

Il est donc important que vous en parliez avec votre médecin. Par ailleurs, l’ostéotomie pourrait être une solution si l’arthrite dans votre genou en est encore dans les premiers stades et si vous n’avez pas d’inflammation. En modifiant la direction, la longueur ou la position de votre tibia ou de votre fémur, le chirurgien peut réaligner votre articulation et faire en sorte que votre genou puisse retrouver sa mobilité et que votre poids soit mieux distribué sur l’articulation. Vos genoux ne seront pas symétriques mais vous aurez moins mal. L’ostéotomie peut également ralentir le processus de détérioration de l’articulation.

L’arthroplastie (ou prothèse) unicompartimentale du genou peut aussi soulager la douleur et retarder l’arthroplastie totale. Cette intervention réussit mieux chez les personnes qui ont plus de 60 ans, ne sont pas obèses, n’ont pas d’inflammation et dont le ligament croisé antérieur est intact.

Le chirurgien retire l’os malade qu’il remplace par un implant. Les parties saines du genou étant préservées, la mobilité et le fonctionnement de l’articulation sont maintenues. Moins chère que l’ostéotomie, cette intervention entraîne aussi moins de complications et la récupération est rapide.
Enfin, si la douleur est insupportable et que l’articulation est déformée, vous devriez songer à l’arthroplastie totale. Le taux de réussite est élevé et les techniques ne cessent de s’améliorer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *