L’herpès génital : lésions et symptômes

L’herpès génital est une infection transmise sexuellement (ITS) pouvant causer des lésions douloureuses sur les parties génitales et autour de celles-ci. Il n’existe aucun traitement, mais des médicaments peuvent aider à soulager les symptômes.

Le virus herpès simplex, responsable de l’herpès génital, fait partie de la famille des virus causant les « feux sauvages » ou « boutons de fièvre », la varicelle, le zona et d’autres maladies.

L’herpès génital se transmet pendant des relations sexuelles vaginales, anales ou orales même si la personne infectée n’a aucune lésion et ne présente aucun autre symptôme de l’infection.
Il arrive, bien que rarement, que la femme enceinte transmette l’infection à son enfant pendant ou après la naissance.

Les pratiques sexuelles sans risque aident à réduire les risques de contracter ou de transmettre l’infection.

 

[sociallocker id= »3625″]

 

Symptômes de l’herpès génital :

De nombreuses personnes infectées par l’herpès génital ne savent pas qu’elles ont le virus car elles ne présentent aucun symptôme, ont des symptômes bénins ou confondent leurs symptômes avec ceux d’autres affections comme l’inflammation de l’aine, les infections aux levures, le feu du rasoir ou des réactions allergiques à des détergents.

La seule façon de vérifier avec certitude si vous avez ou non l’herpès génital est de subir des tests.

Les personnes présentant des symptômes peuvent ressentir une sensation de picotement ou de démangeaison dans la région génitale dans les deux à vingt jours suivant une relation sexuelle avec une personne infectée.

Il est possible qu’apparaisse une grappe de cloques qui peuvent éclater et laisser des lésions douloureuses pouvant durer deux ou trois semaines.

La première poussée peut également occasionner de la fièvre, des maux de tête ou des douleurs musculaires pendant la première poussée. Après la guérison des lésions de la première poussée, le virus passe à un stade de dormance; toutefois, les récurrences sont possibles.

 

Certaines personnes ne connaîtront qu’une ou deux récurrences au cours de leur vie, tandis que d’autres en ont fréquemment. Les récurrences sont, en général, plus courtes et moins graves que la première poussée.

On croit que le stress influe sur la fréquence et la gravité des poussées. L’herpès peut être transmis entre les récurrences quand une personne infectée ne présente aucun symptôme.




[/sociallocker]

 

La suite de l’article est en bas … Veuillez cherché la mention : Pages 1-2-3- ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *