Attention ! éviter l’automédication pendant la grossesse

Il est estimé qu’entre 20 et 30% des médicaments consommés pendant la grossesse relèveraient de l’automédication.

L’automédication et la grossesse : quels sont les risques ?

Les médicaments administrés pendant la grossesse ont des effets bien différents chez la mère et chez le bébé à naître. Il existe chez ce dernier une grande sensibilité en raison de la fragilité de son organisme en cours de développement.

C’est le placenta, zone d’échanges entre la mère et le fœtus, qui permet le passage de certains médicaments dans le sang de l’enfant. La prise de ces médicaments peut ainsi entraîner des altérations irréversibles touchant aussi bien les membres, la face, le cœur que le système nerveux. Cela s’appelle l’effet tératogène.

Il faut savoir que chez le fœtus, les médicaments agissent plus longtemps et de façon plus intense car son organisme ne possède pas encore toutes les capacités d’élimination tissulaire, appelé aussi catabolisme.

Bien sûr, la prise de médicaments n’a pas de conséquences dramatiques dans tous les cas et les malformations éventuellement constatées sont heureusement minimes le plus souvent. Il faut néanmoins savoir que des risques potentiels existent et qu’ils diffèrent selon le moment de la prise de médicaments pendant la grossesse.

'automédication et grossesse

 

Attention : le 3ème trimestre est la période la plus risque :

C’est au cours des trois premiers mois que …..

 

 

……ou encore changer de médicament pour un autre moins toxique.

Pensez bien à toujours préciser que vous êtes enceinte lors de tout contact avec un professionnel de santé : médecin, pharmacien, infirmière, etc.

Save

Les commentaires sont fermés.