Aperçu sur les traitements de l’arthrite

Si vous souffrez d’arthrite, vous connaissez probablement de bons et de mauvais jours. Les mauvais jours, essayez d’abord de prendre un analgésique (acétaminophène, anti-inflammatoire non stéroïdien en vente libre, ou inhibiteur de la COX-2). Au bout de quelques heures, vous vous sentirez probablement mieux.

Pour soulager la douleur, vous pouvez aussi avoir recours à des remèdes maison, par exemple, les compresses chaudes ou froides, les liniments, les étirements ou les méthodes naturelles de relaxation. Les suppléments de glucosamine et de chondroïtine pourraient contribuer à prévenir la détérioration du cartilage.

Vous devez aussi savoir qu’il est possible de prendre le dessus en apportant quelques changements à votre mode de vie. Ainsi, vous pouvez éviter les crises en surveillant votre poids, en faisant régulièrement de l’exercice, en portant les chaussures (à talon ou semelle compensée) recommandées par votre médecin et en utilisant les appareils d’aide à la marche ou orthodontiques qu’il vous prescrira. Le physiothérapeute pourra également vous aider.

Aperçu sur les traitements de l’arthrite

La médecine offre de bonnes solutions pour soulager l’arthrite. Si l’enflure est prononcée, votre médecin pourrait vous proposer de drainer le fluide qui entoure l’articulation, par exemple le genou, au moyen d’une seringue. Les injections de stéroïdes ou d’acide hyaluronique pourraient également vous apporter un soulagement.

Dans l’ensemble, il y a peu de chances que vous deviez subir une intervention chirurgicale mais, si c’est le cas, sachez que ce genre d’intervention donne habituellement de très bons résultats. Avant de songer à une intervention nécessitant de remplacer l’articulation, les chirurgiens vont d’abord vous suggérer de vous adonner à des activités d’aérobique sans heurts, par exemple le vélo, la marche ou l’exercice sur appareil elliptique, plutôt que des exercices qui exigent beaucoup des genoux, comme la course ou le ski.

Médicaments contre l’arthrite :

Aucun médicament ne peut guérir l’arthrite, mais il en existe de nombreux qui soulagent la douleur et la raideur, rendant la vie plus agréable. En premier lieu, prenez de l’acétaminophène. Si votre douleur et votre raideur sont légères, cette substance pourrait suffire, d’autant plus qu’elle présente très peu de dangers.

Cependant, comme elle ne peut calmer l’inflammation, si vous éprouvez toujours de la gêne ou s’il y a de l’enflure, prenez aussi un anti-inflammatoire non-stéroïdien, par exemple de l’aspirine, de l’ibuprofène ou du naproxène. En vente libre ou, pour les plus puissants, sur ordonnance, les AINS bloquent la production par l’organisme de prostaglandines, substances qui déclenchent l’inflammation.

Par contre, si vous devez les prendre régulièrement, ils pourraient vous causer des problèmes digestifs. Bien que généralement inoffensifs, ils peuvent irriter la paroi de l’estomac, provoquant des malaises, des douleurs abdominales, voire même des saignements.

En plus d’un AINS, utilisez un liniment (analgésique sous forme de crème, lotion ou vaporisateur). On doit habituellement l’appliquer (c’est du moins le cas des produits à base de capsicine ou de salicylate de méthyle) quatre fois par jour pendant plusieurs jours avant d’obtenir des résultats.

Si vous souffrez des effets secondaires des AINS ou si vous êtes prédisposé aux ulcères, votre médecin vous a peut-être déjà suggéré de prendre des AINS d’ordonnance, connus également sous le nom d’inhibiteurs de la COX-2. Lancés à la fin des années 1990, le célécoxib et le valdécoxib en sont venus à dominer 60% du marché de 6,6 milliards de dollars que représentaient les médicaments antiarthritiques.

Cependant, les résultats d’études plus récentes indiquent que le risque de crise cardiaque qu’ils posent est quatre fois plus élevé que celui des analgésiques traditionnels; en outre, certains de ces médicaments présentent des effets indésirables graves, y compris le risque de mourir.
Le Vioxx a été volontairement retiré du marché par son fabricant mais le Celebrex, le plus populaire des deux, est toujours offert. Il fait présentement l’objet d’une investigation par la FDA (Food and Drug Administration) américaine.
Des études cliniques menées sur le Bextra indiquent que le risque d’ACV et de crise cardiaque est encore plus élevé, particulièrement pour les personnes souffrant de problèmes cardiaques. Par conséquent, si vous en prenez, demandez à votre médecin d’évaluer vos risques et, au besoin, de vous suggérer des solutions de rechange.

Si votre arthrite est grave, les opioïdes tels que le tramadol ou la codéine méritent d’être considérés. Visez à prendre la plus petite dose efficace possible afin de diminuer le risque de dépendance (particulièrement en ce qui a trait à la codéine) ou d’effets indésirables tels que la constipation, la nausée ou la somnolence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *